Visitez nous au Square du Quartier Dix30!

Publié le 8 avril 2019
Par Geneviève Girard

Blogue

Nahak Sport: Attelé pour le succès

Au coeur de l'entreprise - Sports et activités

Les amateurs de sports canins du Québec se réjouissent du changement de carrière qu’ont effectué Renaud Trudel Boisclair et son amoureuse et associée Lorraine Hélie en démarrant Nahak Sports. Les grands adeptes de canicross ont mis leur passion à profit dans un projet de conception personnalisée, de fabrication et de distribution de harnais, de colliers et de laisses haut de gamme pour chien.

Réorientation de carrière

Le Québec d’aujourd’hui prend soin de montrer des modèles d’entrepreneurs inspirants et de valoriser l’entrepreneuriat dans les institutions d’enseignement. Il en était autrement il y a à peine quelques années, au moment où Renaud étudiait à l’université : « Je ne savais même pas que l’entrepreneuriat était possible ! Je pensais que j’’étais obligé de suivre le pattern études et emploi. Je n’avais pas de modèles. Être entrepreneur, ça semblait inaccessible. »

Une fois diplômé de l’Université Laval en agronomie, le jeune homme débute sa carrière au sein d’organismes gouvernementaux. Lorraine, elle aussi fonctionnaire, occupe un emploi dans un laboratoire. Après quatre ans en poste, Renaud se fait remercier par son patron en raison d’un manque de financement pour les projets auxquels il travaille.

Nahak Renaud et Lorraine

« Lorraine et moi sommes partenaires de vie depuis plus de 11 ans. On gérait un refuge de plus de 30 jeunes chiens actifs. C’est comme ça qu’on a découvert le sport attelé. Pour répondre à nos besoins et satisfaire nos exigences de qualité, on a débuté la conception artisanale de harnais dans notre sous-sol avec une vieille machine à coudre. Ce qui devait être un sideline a commencé à prendre de plus en plus de notre temps. C’est à ce moment qu’on a constaté l’engouement pour ce type de produits et l’absence de fournisseurs de grande qualité. »

C’est donc en 2015 que le couple se met à travailler à temps plein sur ce projet d’affaires prometteur. Afin de valider le modèle d’affaires et de tester le marché, Renaud suit une formation en lancement d’entreprise qui lui permet de développer ses aptitudes entrepreneuriales et d’acquérir des connaissances sur le démarrage d’entreprise. « Être entrepreneur, c’est une révélation pour moi ! Je ne ferai plus jamais autre chose. Je me tanne rapidement d’une routine. » Pour répondre à son besoin de diversité, Renaud s’occupe de prendre les photos, de gérer le site internet et les médias sociaux de Nahak Sports. Il gère aussi le service à la clientèle et la recherche et le développement.

 

nahak sports_atelier

Bonheur au travail

Le secteur manufacturier est en profonde transformation et le métier de couturier connaît des difficultés depuis plus d’une décennie : fermetures d’usines, délocalisation de la production, valorisation des études supérieures au détriment des métiers manuels, pour ne nommer que celles-là. Pareil contexte aurait pu décourager le duo d’entrepreneurs, mais il n’en est rien.

« On a commencé par faire la production dans notre garage de 16 par 20 pieds, chauffé au bois, jusqu’à ce que, deux ans plus tard, il devienne impossible de répondre à la demande de nos 70 premiers points de vente. » Depuis 2017, l’usine de 10 000 pieds carrés est située à Laurier-Station et embauche une dizaine de couturières et un représentant et fonctionne quatre jours par semaine.

nahak_machine

Renaud et Lorraine se font un point d’honneur à fournir les meilleures conditions de travail possible : « La transparence dans la gestion est un aspect très important pour nous. On est à l’écoute des besoins de nos employés, on offre des assurances collectives et on ne fait pas appel à la sous-traitance. On fait confiance à nos spécialistes dans la conception de nos produits. Tout est fait au Québec, par des couturières expérimentées. »

À preuve, l’entreprise a été nommée lauréate des bonnes pratiques en ressources humaines dans la catégorie 30 employés et moins lors d’un gala reconnaissance organisé par la Société d’aide au développement des collectivités de Lotbinière. Ce n’était pas le premier prix remporté par Nahak Sports. À l’occasion des 20 ans de la SADC, l’entreprise avait été nommée coup de cœur par le jury et, auparavant, elle avait remporté le titre de projet d’affaires visionnaire par l’équipe professorale de la formation de lancement d’entreprise.

Comme je terminais la rédaction de cet article, Renaud m’a m’annoncé un nouvel appui de taille : « Je viens tout juste d’apprendre que je suis lauréat de la bourse d’honneur de 25 000$ propulsée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation! Je ne cacherai pas qu’on est vraiment excités et fiers de tout ça. »

Communauté et promotion

C’est en souhaitant une collectivité plus active que Renaud et Lorraine se sont donné la mission de démocratiser les sports attelés au Québec, au Canada et depuis peu à l’internationale. « On veut inciter les maîtres à sortir dehors, à jouer avec leur chien. Oui, notre gamme de canicross s’adresse à une cliente plus sportive, mais on offre aussi une gamme plus urbaine pour la promenade. »

Pour faire la promotion de ce mode de vie, Renaud a cherché dans son réseau d’amis des représentants pour sa marque. Au fil du temps, la communauté des 12 ambassadeurs Nahak Sports a contribué à l’image de marque de l’entreprise et à faire grandir l’engouement pour les sports attelés. Les entrepreneurs sont aussi présents dans différentes courses partout au Québec et amassent des fonds pour la cause des animaux.

 

ambassadeur_louis&Teddy

Ambassadeurs Nahak, Louis et Teddy

Avec des produits conçus intelligemment, personnalisables au goût du client et fabriqués avec des matériaux durables par des couturières d’ici, l’entreprise a réussi à se tailler une place sur les tablettes de pas moins de 150 points de vente principalement au Québec et au Canada anglais. Prévoyant une diversification des produits, notamment pour la gamme urbaine, Renaud est confiant de l’expansion à court terme de son entreprise. À la confiance s’ajoute la fierté : « Au début, on voulait simplement en vivre. Maintenant on crée de la richesse ! Le travail de notre équipe, c’est ce qui me rend le plus fier. »

 

Pour plus d’informations sur l’entreprise, visitez sa fiche membre.

 

 

 

 

Révisé par Mélanie

Geneviève Girard

Collaboratrice au blogue

De petite campagnarde à étudiante à la maîtrise en administration publique à l’ÉNAP, l'aventure de Geneviève a commencé dès l’âge de 5 ans, alors qu'elle créait sa première entreprise de cabanes d’oiseaux l’espace d’un été.

Puis, en 6e année, Geneviève mettait sur pied un journal étudiant et devenait rédactrice en chef. À 15 ans, elle se lançait à la recherche de commanditaires pour sa première campagne de financement. À 19 ans, elle participait à son premier congrès en politique et militait pour le développement régional. Dès la fin de son bac, elle s'est impliquée à titre de secrétaire dans un C.A. et en est devenue présidente l’année suivante. À 26 ans, Geneviève décrochait l’emploi idéal qui lui permettrait d’être en contact avec de jeunes entrepreneurs motivés à faire évoluer la société et de faire la promotion du développement économique régional.

À travers tous ces projets, Geneviève prend le temps de parcourir les routes du Québec pour y découvrir les entreprises qui s’y cache. Adepte d’agrotourisme et de découvertes culinaires, elle est une cliente assidue des différents marchés publics. L’achat local représente pour Geneviève une occasion de déployer l’entrepreneuriat québécois et de faire des découvertes passionnantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez membre dès maintenant
et profitez de nos offres spéciales
Devenir membre