Bientôt un nouveau magasin à Montréal!

Publié le 12 mars 2019
Par Véronique Gauthier

Blogue

Vers un mode de vie zéro déchet: la cuisine

Achat local - Consommation responsable/durable

Adopter un mode de vie zéro déchet ne se fait pas du jour au lendemain, et je suis encore bien loin d’y être parvenue. Mais en intégrant une nouvelle habitude à la fois, la tâche semble moins colossale. On ne cherche pas à tout faire en même temps, l’important est d’avancer vers notre objectif !

À la maison, la cuisine est sans contredit la pièce où se remplissent le plus notre poubelle, notre bac à recyclage et notre bac à compost. Voici donc quelques pistes pour s’attaquer au problème et réduire ce qui se retrouvera sur le bord du chemin toutes les semaines !

Le vrac, notre meilleur ami

Cuisine zéro déchet

crédit: Pinterest

Que d’emballage et de suremballage on retrouve partout dans les commerces comme les épiceries, dans notre garde-manger ou dans nos boites à lunch ! Solution numéro 1 : on s’équipe en pots Mason ou en contenants similaires, et on se tourne vers les boutiques de plus en plus nombreuses à offrir des aliments et des produits nettoyants en vrac. On peut également donner une seconde vie à nos gros pots de yogourt avant de les mettre au recyclage. Pâtes, farine, céréales, fruits séchés, légumineuses, riz, noix, produits laitiers (pour ne nommer que ceux-là !)… On voit rapidement une différence dans notre consommation de plastique et c’est très satisfaisant.

Pour ce qui est des produits nettoyants, The Unscented Company offre une gamme complète de produits corporels et ménagers sans fragrance, disponibles en vrac à la boutique Signé Local. Une autre solution demeure de les faire soi-même. Les possibilités sont infinies avec du bicarbonate de soude et du vinaigre !

La paille réutilisable

Cuisine zéro déchet

crédit: DulceBee

 

Fini le petit tube de plastique à usage unique ! On trouve de plus en plus de modèles de pailles de toutes les tailles en inox ou en bambou, comme celles qu’offre l’entreprise Dulce Bee. Elles sont réutilisables, compostables, et agrémentent bien joliment un cocktail.

Du textile dans la cuisine

Cuisine zéro déchet

Crédit: Kliin

Pour remplacer l’essuie-tout, on privilégie des matières lavables et même compostables, comme ce que propose Kliin. Une débarbouillette usée reste aussi un moyen simple, accessible et très efficace pour laver comptoirs et lavabos.

On termine le rouleau de pellicule plastique qui traine dans notre tiroir et on le remplace par une option plus écologique comme la pellicule alimentaire réutilisable à base de cire d’abeille ou encore un couvre-plat en tissu. La sœur Mathieu en vend fabriqués à base de coton recyclé.

Le rituel du café matinal

 Vous ne pouvez commencer votre journée sans une bonne dose de caféine ? Les cafetières à capsules sont à éviter, même si certains contenants sont recyclables. Le recyclage est loin d’être une solution magique, surtout lorsqu’on sait que celui du plastique n’est pas sans défis dans l’industrie. Et puis, quoi de mieux que l’odeur du café frais moulu embaumant la maison ? Pour le café filtre, la sœur Mathieu a mis sur le marché des filtres réutilisables. Les amateurs de thé ne sont également pas en reste avec les poches à thé de Sans exception !

De jolis sacs pour les collations

Cuisine zéro déchet

Crédit: Nany Montréal

 Les petits sacs de plastique refermables de type Ziploc sont pratiques pour les collations ou la congélation, mais la quantité de plastique qu’ils produisent est effarante. Bonne nouvelle : le marché offre de plus en plus de possibilités ! Les sacs en lin de NANY Montréal sont épurés, chics, et une bande claire permet de voir ce qu’ils contiennent même lorsqu’ils sont fermés. Cette bande est faite de matière recyclée, ce qui n’a rien pour déplaire ! On s’en sert pour nos achats en vrac et pour les collations. Pour des sacs à collation à fermeture éclair au design simple et ludique, ceux d’Ecolocado sont une belle option qui plaira aux petits comme aux plus grands. La fabrik éco en propose également de très jolis et pratiques. Pour la congélation, rien de mieux que des contenants réutilisables de tous les formats permettant de ne dégeler que la quantité de nourriture voulue.

Toujours prêts pour des courses de dernière minute !

Cuisine zéro déchet

Crédit: 2 fois rien

Je suis une adepte des grands sacs à main. J’ai donc toujours l’espace nécessaire pour trainer un sac réutilisable, comme ceux en coton sérigraphiés à la main de 2 fois rien. Même chose si vous voyagez avec un sac à dos, un sac d’ordinateur, ou si vous vous promenez en voiture. Un sac en permanence dans le coffre à gants et le tour est joué ! On ne se retrouve jamais pris au dépourvu par une petite course imprévue. On ajoute également à notre rituel d’épicerie l’utilisation de sacs en filet pour les fruits et légumes, comme ceux que propose D’un sac à l’autre. Nous voici prêts pour des emplettes sans déchet !

Mettre les mains à la pâte

Cuisine zéro déchet

crédit: Pinterest

 Cuisiner reste sans aucun doute le meilleur moyen de réduire sa quantité de déchets. La planification des repas épargne pas mal de maux de tête et les restants risquent moins de se retrouver oubliés au fond du frigo… Moins d’emballage, moins de gaspillage, plus de plaisir aussi ! Et puis, c’est tellement meilleur quand c’est fait maison. Avant de composter, on fait des bouillons avec les retailles de légumes et les os de poulet, ainsi que des soupes « touskis » avec ce qui reste à la fin de la semaine.

Bien entendu, consommer local demeure un incontournable. On participe à la diminution du transport de nos aliments, on a un contact plus direct avec les producteurs et les artisans, et on encourage l’économie locale. Tout le monde est gagnant, à commencer par soi !

 

 

 

Révisé par Mélanie

 

Véronique Gauthier

Collaboratrice au blogue

Curieuse touche-à-tout, Véronique est une artiste polyvalente qui se verrait bien mal choisir une seule discipline. Elle est diplômée en théâtre musical (Option-théâtre du Collège Lionel-Groulx), chant classique (Université de Montréal) ainsi qu’en création littéraire et scénarisation (UQÀM). Son focus professionnel se divise donc entre le chant, le jeu, la rédaction et la gestion de communauté.  Elle porte également dans son quotidien les chapeaux de maman et d’amoureuse.

L’achat local est une priorité dans ses habitudes de consommation. On la croisera portant les vêtements de designers québécois, sirotant une bière de microbrasserie ou allant récupérer son panier bio. Chez les Gauthier, l’importance accordée aux entreprises d’ici est une histoire de famille, et il y a belle lurette que les cadeaux échangés à Noël portent la marque «fait au Québec»!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez membre dès maintenant
et profitez de nos offres spéciales
Devenir membre