Visitez nous au Square du Quartier Dix30!

Publié le 21 juin 2019
Par Blogueur Invité

Blogue

Saponaria : La savonnerie du bonheur

Au coeur de l'entreprise - Santé/Beauté

Avez-vous déjà rêvé de tout laisser tomber et poursuivre votre rêve? Eh bien, c’est ce que Sonya Ann Legault a fait lorsqu’elle s’est lancée en affaires dans le domaine de la fabrication de savons et de produits pour la peau.

Un air de famille

La fabrication de savons a toujours fait partie de la famille de Sonya Ann Legault. C’est un art qui est transmis de génération en génération depuis belle lurette et qui s’est concrétisé dans une entreprise fructueuse pour Sonya Ann.

Pendant plusieurs années, Sonya Ann s’adonnait à la fabrication de savons faits à la main pour son propre plaisir. Mais bien vite, ses produits sont devenus populaires auprès d’amis, des membres de sa famille et collègues de travail. La demande croissante a poussé Sonya Ann à se demander si elle ne devrait pas commercialiser son produit.

Saponnaria

Sonya Ann Legault

C’est en 2012 que Sonya Ann a finalement décidé de se lancer en affaires. Elle a quitté un travail de bureau lucratif pour poursuivre sa passion. « Je pense que j’ai trouvé ma voie. J’ai décidé de tout laisser et de me lancer. »

Elle est d’ailleurs consciente que ce n’est pas tout le monde qui ose tenter sa chance et vivre sa passion. « Une des choses qu’on me dit souvent, c’est « t’es chanceuse, toi tu fais ce que tu aimes. » » Ce à quoi elle a toujours envie de répondre « Mais toi, pourquoi tu ne fais pas ce que tu aimes? »

De débuts simples à une entreprise florissante

Saponnaria

Pendant sa première année en affaires, Sonya Ann ne vendait que des savons. Puis, par demande populaire de ses clients, elle a commencé à fabriquer des bombes de bain et a continué à développer une variété de produits tels que des chandelles et divers produits pour le bain, le corps et les cheveux.

Une communauté forte

Saponnaria

La vie d’entrepreneure n’est pas sans défis. Pour Sonya Ann, ce sont les gens qui ont fait toute la différence. Des artisans qu’elle a rencontrés dans des salons en sont venus à former une famille avec qui partager des histoires et des gens sur qui elle peut s’appuyer. Ayant eu tendance à ne compter que sur elle-même dans ses débuts, elle a dû apprendre à aborder ses contacts afin d’obtenir certaines connaissances qui lui seraient utiles. « Quand tu apprends à parler, tu découvres que l’aide n’est pas si loin que ça. »

Aujourd’hui, elle est fière de dire que c’est maintenant elle qui peut aider d’autres membres de sa communauté. « Partager ses ressources, c’est le plus beau cadeau que tu peux faire à quelqu’un. »

Trois valeurs centrales

Trois principes ont guidé Sonya Ann dans son aventure d’entrepreneuriat: douceur de la peau, zéro déchet, et plaisir à l’utilisation.

Après avoir expérimenté différentes variations pour ses produits, Sonya Ann a trouvé une formule qui laisse la peau douce après la douche, faite à base d’huile d’olive. « L’huile d’olive est une des meilleures pour la peau, c’est une huile qui nettoie et répare. »

Pour Sonya Ann, utiliser des ingrédients naturels pour fabriquer ses produits est essentiel afin de fournir un produit ayant des effets bénéfiques pour la peau, et ce, sans effets secondaires néfastes. « Les gens veulent savoir d’où vient le produit, pourquoi il est bon pour eux. »

Les effets bénéfiques des produits de Saponaria ne se limitent pas au corps humain. Sonya Ann croit fermement qu’il est possible de trouver des façons de faire sans heurter la planète. Même les emballages sont zéro déchet!

Quant à tester les produits, elle n’hésite pas à demander l’avis de membres de la famille, d’amis ou encore de clients fidèles afin d’améliorer la qualité de ses produits. « On ne teste pas sur les animaux, on teste sur les enfants! » (enfants majeurs et vaccinés, bien entendu). D’ailleurs, les clients adorent tester des produits et sont très honnêtes dans leurs évaluations.

Lâcher prise pour permettre à l’entreprise de se développer

La famille de Sonya Ann est très impliquée dans son entreprise. Elle travaille tous les jours avec son conjoint, et sa mère l’assiste aussi à l’occasion. C’est un des défis auxquels elle doit maintenant faire face : ouvrir son entreprise, sa vie, à de nouvelles personnes afin d’agrandir son équipe, et de pallier l’épuisement. « J’aime ce que je fais, mais des fois je me surmène. (…) Mon défi, c’est de laisser aller mon bébé. »

Faire confiance à d’autres alors qu’il est si important pour Sonya Ann de fabriquer des produits de la plus haute qualité n’est pas chose facile. Cela dit, elle aimerait pouvoir ne pas toujours compter sur sa famille pour l’aider, et surtout « retourner au laboratoire » pour développer de nouvelles recettes ou de nouveaux produits.

Où sera Saponaria dans un an?

Saponnaria

Sonya Ann se lance comme projet de construire un nouvel atelier pour son entreprise, qu’elle espère avoir complété avant l’automne. Elle prend aussi plaisir à participer à différents marchés durant la saison estivale, puis se préparera aux événements du temps des fêtes, période intense pour Saponaria. Pour arriver à aller chercher les « différents points d’énergie » durant l’année, Sonya Ann s’accordera un temps de repos entre janvier et mars. « C’est plus dur d’arrêter de travailler [avec une entreprise] en expansion, [surtout avec] le nouvel atelier [qui s’en vient]. (…) Mais on veut se trouver une journée par semaine pour prendre du temps pour nous. »

Avec plus de temps libre, Sonya Ann espère aussi pouvoir contribuer davantage à son blogue en fournissant des recettes ou en répondant à des questions qui lui sont fréquemment posées par des clients.

À la poursuite du bonheur

Saponaria

Saponaria à la boutique Signé Local

Sonya Ann a su mettre de l’avant un esprit de persévérance pour faire fleurir son entreprise. Elle savait pourquoi elle laissait un bon emploi derrière pour poursuivre ses rêves : parce que le bonheur, c’est important. « Moi, mon bonheur, je savais il était où. » Et vous, savez-vous où est votre bonheur?

Retrouvez Saponaria cet été aux marchés du vieux Aylmer et de l’Ange-Gardien, sur les médias sociaux ou encore sur leur site!

 

Ariane Blondin

 

 

 

 

Révisé par Marie-Pascale

Blogueur Invité

Collaborateur invité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez membre dès maintenant
et profitez de nos offres spéciales
Devenir membre