COVID-19: Nos produits locaux livrés chez vous, commandez en ligne!

Publié le 8 octobre 2021
Par Ariane Blondin

Blogue

Lisa From Island : de gravure et d’argent

Au coeur de l'entreprise - Mode locale

Un matériau travaillé avec minutie. Des designs complexes et délicats. Des bijoux uniques. Ce sont toutes des choses que vous retrouverez chez Lisa From Island. Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec l’esprit créatif nomade qu’est Lisa-Marie Masse, fondatrice et artisane de cette entreprise.

Des origines fortuites

Lisa From Island : de gravure et d’argent

Lisa-Marie nous dit d’emblée qu’elle est « le genre de personne qui ne sait pas ce qu’elle va faire demain ». Ses débuts dans le monde de l’entrepreneuriat se sont faits dans le domaine des sacs à main, puis des vêtements pour enfants, avant qu’elle se tourne vers la fabrication de bijoux en argent. Elle n’a pas de sentiment d’attachement à la matière qu’elle travaille autant qu’au processus artistique en tant que tel et se laisse guider par sa passion du moment. 

Avant de passer à l’argent, elle a expérimenté avec des sous noirs (qui n’étaient alors plus en circulation). « J’avais envie de prendre ma scie et de couper des cennes. » Elle s’amusait à découper des formes dans la monnaie pour former des pendentifs et des boucles d’oreilles. Elle a fini par poser son choix sur l’argent, un métal qui peut être fondu à plusieurs reprises. C’est ainsi qu’a été lancée Lisa From Island, il y a de cela plus de cinq ans.

Un procédé pas comme les autres

Lisa From Island : de gravure et d’argent

Ce qui démarque les bijoux de Lisa From Island, c’est la façon dont ils sont fabriqués. Lisa-Marie utilise la gravure à l’eau-forte, dont le résultat s’apparente à la technique de gravure au laser, qui permet de tracer de fins détails sur les bijoux.  L’entreprise offre donc une panoplie de parures élégantes et uniques. Lisa-Marie prépare également des commandes spéciales, comme des bijoux affichant des empreintes de doigts ou encore le calque d’un dessin d’enfant. « Ce sont des marqueurs de temps », commente-t-elle en soulignant que ce type de bijou constitue un beau souvenir familial.

Selon Lisa-Marie, c’est un travail qui demande une bonne dextérité, un immense souci du détail et de la patience. « [La fabrication d’] un bijou comporte beaucoup d’étapes. Ça prend du temps avant d’être beau, c’est laid tout le long du processus. » En effet, elle doit suivre les étapes dans un ordre précis afin d’obtenir les meilleurs résultats.

Vous pouvez trouver les produits de Lisa From Island sur sa boutique Etsy. Lisa-Marie participe également à des expositions et à des marchés dans la région de Québec.

Une pandémie qui fait mal

Lisa From Island : de gravure et d’argent

La pandémie de COVID-19 fut l’un des plus grands défis auxquels Lisa-Marie a dû faire face avec son entreprise. « Ça a été vraiment désastreux. » Quelques boutiques avec lesquelles elle entretenait des partenariats ont fermé ou ont fait faillite et les ventes en ligne ont chuté. C’est sans compter l’annulation des expositions et autres événements en présentiel auxquels elle avait l’habitude de participer. 

Afin de continuer à faire du progrès, Lisa-Marie a tout de même pris le temps de poursuivre son perfectionnement personnel et professionnel pendant cette période. « Je me suis fait coacher, j’ai fait un boot camp, j’ai beaucoup investi cette année. » Elle a enchaîné les formations, les séances photo, le marketing, le réseautage et j’en passe. 

Lisa From Island : de gravure et d’argent

Bien qu’elle juge ces efforts utiles, ils n’ont pas encore réussi à produire des retombées pour l’entreprise. Lisa-Marie croit que cela est en partie dû au fait que les bijoux, particulièrement les pièces de métiers d’arts et non les bijoux mode, ne se vendent pas très bien en ligne. « L’expérience de magasinage n’est pas la même; les sens sont plus interpellés en personne. » Mais cela ne l’empêchera pas de poursuivre sa passion, en attendant que le marché reprenne du poil de la bête. 

L’art avant l’entrepreneuriat

Pour Lisa-Marie, sa passion pour l’art passe avant tout. « C’est mon univers qui est ma passion, plus que le matériel ou le projet. » Elle se décrit comme une personne très solitaire et peu sociable par choix. Si elle ne fabriquait pas de bijoux en argent, elle trouverait facilement un autre projet auquel s’adonner. 

Lisa From Island : de gravure et d’argent

Elle priorise également son sens créatif plutôt que son sens de l’entrepreneuriat. « À la base, je suis une artiste avant d’être une entrepreneure. » Elle songe d’ailleurs à explorer, dans un avenir rapproché, le cyanotype; un procédé d’impression monochromatique sur tissus fait avec de la lumière et des acides, leur donnant une teinte bleutée. Ceci l’éloignerait de la confection de bijoux et l’idée ne lui déplaît pas. « [Ce qui est important pour moi,] ce n’est pas tant d’être en affaires que le besoin viscéral de créer quelque chose, de le peaufiner et d’aller jusqu’au bout. » 

L’achat local pour soutenir les artistes d’ici

Que représente l’achat local pour Lisa-Marie? « La solution à bien des choses. » Elle croit profondément que l’achat local permet de mieux reconnaître la valeur des objets qu’on se procure et qu’un monde qui met l’accent sur le local bénéficie d’un taux réduit de chômage et de pauvreté, d’une diminution de l’usage de plastiques polluants et d’une meilleure cohésion en tant que communauté.

Lisa From Island : de gravure et d’argent

Son rêve entrepreneurial serait d’un jour ouvrir sa propre boutique de métiers d’arts, où plusieurs artisans pourraient se regrouper et collaborer à divers projets. « Être inspirée par les gens qui travaillent près de toi » est une idée qui la motive vraiment.
Vous pouvez suivre Lisa-Marie sur Facebook, Instagram et Pinterest

 

Ariane Blondin

 

 

 

 

Révisé par Rédaction MF

Ariane Blondin

Collaboratrice au blogue

Originaire de la région de l’Outaouais, Ariane a une passion pour la lecture et l’écriture, et tente d’adopter un mode de vie respectueux de l’environnement, autant naturel qu’humain. Détentrice d’une maîtrise en communications, elle est avide de choses nouvelles, qui lui permettent d’aller à la découverte du monde qui l’entoure. Elle a un faible pour les petits recoins de monde qui ne sont pas des destinations primées par les voyageurs, les petites boutiques de quartiers peu fréquentés, et les produits faits main, uniques.

Elle aime contribuer à la réalisation des rêves des autres en faisant la promotion non-officielle de ses trouvailles (comprendre : « gosser » ses amis et sa famille) et l’achat de produits locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez membre dès maintenant
et profitez de nos offres spéciales
Devenir membre