COVID-19: Nos produits locaux livrés chez vous, commandez en ligne!

Publié le 28 octobre 2020
Par Claudie Bouchard

Blogue

L’art de manger local sans se ruiner

Achat local - Alimentation

On croit souvent à tort qu’inclure des aliments du Québec à nos repas n’est réservé qu’aux biens nantis. Si de plus en plus d’institutions telles le CHU Sainte-Justine arrivent à les introduire dans leur quotidien, c’est tout à fait accessible. Les quelques astuces présentes dans cet article vous guideront à votre tour vers des plats de plus en plus locaux.

L’importance d’une bonne planification

L'art de manger local sans se ruiner

Une bonne planification de vos achats alimentaires vous permettra d’être gagnant à plusieurs niveaux, dont le budget. Ce n’est généralement pas l’arrêt au bistro du coin lorsque la faim vous prend qui vous permet d’économiser.

Prenez l’habitude de garnir votre garde-manger des produits qui se retrouvent souvent dans vos plats cuisinés lorsqu’ils sont bon marché. En ayant économisé sur les essentiels, une part plus importante de votre budget peut être alloué à l’ingrédient principal, qui peut alors se permettre d’être local. C’est avec des cennes qu’on fait des piastres!

 

Pensez saisonnalité 

L'art de manger local sans se ruiner

C’est vieux comme le monde, mais la meilleure façon de réduire le coût par portion de sa recette, c’est de choisir judicieusement celle-ci en fonction de la période de l’année. Les sites web du MAPAQ ou de Mangez Québec sont d’excellentes références en ce qui concerne les périodes idéales pour se procurer certains produits.

Le jardinage gagnant en popularité, si vous faites partie des adeptes, mettre vos récoltes en bocaux vous permettra de prolonger leur accessibilité. C’est ainsi que vous pourrez agrémenter votre poisson par une salsa de tomates du jardin en plein mois de novembre. Vous ne disposez pas d’un espace de jardinage? Les Zempotés vous seront bien utiles!

 

 

Profitez des opportunités d’économie

Paquets anti-gaspillage, légumes moches, marchés solidaires… Renseignez-vous sur ce qui s’offre dans votre communauté. Plusieurs s’étonnent, par exemple, de savoir que les Fermes Lufa n’offrent pas que des légumes. En plus de faire connaître plusieurs produits qui font maintenant partie de mes essentiels, leur paquet anti-gaspillage permet d’en obtenir plus en déboursant moins.

L'art de manger local sans se ruiner

 

Osez la créativité

Réduire le gaspillage est souvent synonyme d’économie. Vous ne consommerez peut-être pas telle quelle la baguette défraîchie sur votre comptoir, mais peut-être fera-t-elle office de croûtons pour votre salade césar ou votre tartare? En donnant une seconde vie aux aliments que vous pensiez inintéressants, il en reste plus dans vos poches pour les achats locaux.

Pour stimuler votre créativité, allez jeter un coup d’oeil aux produits qu’offre l’épicerie spécialisée du quartier où vous ne mettez pas souvent les pieds. La diversité des aliments qui sont produits au Québec ne cessera pas de vous épater.

Et si vous commenciez par vous donner le défi de ne concocter que l’entrée de façon 100% locale? Ou si vous basiez votre apéro à partir du délicieux sirop de cassis de chez Monna & Filles? En effet, que les astuces présentées dans cet article soient tout à fait nouvelles pour vous ou que vous en maîtrisiez déjà plusieurs, l’important est de mettre un peu de fraîcheur locale à son assiette… un ingrédient à la fois!

 

 

 

 

 

Révisé par Rédaction MF

Claudie Bouchard

Collaboratrice au blogue

Gestionnaire de projets d’ingénierie, Claudie n’en délaisse pas moins sa créativité par le biais de ses passe-temps.
Projets collectifs de danse, marchés récupérateurs, vernissages, lancements d’albums et lancements de produits… Sa curiosité l’amène à découvrir des gens, des passions et des produits.
Elle ne cesse de s’épater devant ce qui se fait au Québec, particulièrement en design et en gastronomie.
Pour elle, acheter local, c’est opter pour la qualité versus la quantité. Elle a toujours eu un faible pour les produits uniques et les découvertes, ce qui la pousse spontanément vers l’entrepreneuriat.
Les entrepreneurs passent tellement de temps à peaufiner et expliquer leurs créations, que leur donner une tribune par son écriture lui apparaît tout naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez membre dès maintenant
et profitez de nos offres spéciales
Devenir membre